Les démarches pour devenir rentier immobilier

Rentier immobilier

Vivre de ses biens immobiliers, c’est avant tout savoir investir dans ce secteur très concurrentiel et tirer profit des revenus pour ne plus avoir besoin de travailler par ailleurs. Mais comment devenir rentier immobilier ? Quelles sont les grandes étapes à respecter et est-ce possible en partant de zéro ? On vous dit tout dans cet article.

Quels sont les avantages à vivre de ses biens immobiliers ?

Pour devenir rentier, certains pensent qu’il faut déjà avoir un capital de départ, mais ce n’est pas forcément le cas. Vivre de ses investissements immobiliers, c’est avant tout pouvoir enfin décider librement de sa vie, sans toutes les contraintes qu’impose le travail en entreprise ou en administration publique. Une fois la machine lancée, ce sont des revenus qui tombent chaque mois sur votre compte en banque, sans avoir quoi que ce soit à faire. Ainsi, en suivant quelques conseils et en investissant là où il faut, vous allez pouvoir vous constituer un capital important qui vous permettra d’ici quelques années,d’être rentier. Ces rentes régulières couvriront vos dépenses habituelles et vous permettront même des extras occasionnels. De plus, vous aurez au final un patrimoine immobilier tel que vous pourrez revendre certains biens lors de votre retraite pour pouvoir acheter une résidence principale plus grande ou partir en voyage autour du monde.

Quel est le capital de départ nécessaire pour cela ?

Beaucoup de personnes se demandent comment devenir rentier quand on n’a pas d’argent de disponible ou s’il y a besoin d’avoir un apport important. En réalité, il n’en est rien. Si vous souhaitez investir dans l’immobilier, vous pourrez tout simplement souscrire un prêt dans votre banque pour profiter de l’effet de levier de votre investissement. Dans certains cas cependant, il est nécessaire d’avoir un minimum d’argent au départ, notamment si vous voulez investir dans des biens assez chers comme un immeuble à rénover ou à transformer en plusieurs appartements, ou encore une propriété en bord de mer. Pour commencer, la plupart achètent de petites surfaces, comme des studios, dont la rentabilité locative est très bonne, ou même des garages. Ceux-ci sont en effet des biens nécessitant peu d’investissement initial, avec une bonne rentabilité locative et peu de risque d’impayé. Ils permettent en outre de diversifier les localisations en achetant plusieurs garages au lieu d’un seul appartement. Le risque est ainsi largement diminué.

Comment trouver des biens immobiliers les plus rentables possibles ?

Au départ, cela peut vous sembler être une jungle lorsque vous allez commencer à regarder les annonces immobilières, mais les choses ne sont cependant en réalité pas aussi compliquées que cela pourrait le paraître au premier abord. Une fois l’objectif fixé, il va vous falloir déterminer la stratégie pour arriver à vivre de vos investissements immobiliers. Une bonne démarche est de se faire conseiller auprès de personnes qui ont réussi dans ce domaine ou d’agents spécialisés en la matière. Devenir rentier ne se fait pas en un jour et il faut pouvoir profiter de l’expertise de gens qualifiés. En effet, si votre premier investissement n’est pas suffisamment rentable, cela pourrait vous empêcher à terme d’atteindre votre objectif de rentabilité. Il faut savoir étaler les investissements pour que cela soit rentable et sécurisé. Ainsi, acheter un appartement, un garage ou un immeuble tous les ans ou tous les deux ans est une stratégie plus profitable à long terme que d’investir immédiatement une grosse somme dans un bien unique. Les premiers investissements seront alors rapidement remboursés par les loyers versés par le locataire, ce qui vous permettra d’accéder à de nouveaux prêts, d’emprunter davantage et de poursuivre votre but.

Quels sont les inconvénients de cette stratégie ?

Attention cependant, tout n’est pas rose. Lorsqu’un investisseur achète des actions en bourse par exemple, le coût initial n’est pas très élevé et les frais non plus. Dans l’immobilier, ce n’est pas le cas. Vous avez le prix de départ du bien qui est sensiblement plus important que dans d’autres types d’investissements, mais il faut également compter les frais de notaire et les différentes charges imputables à votre achat ensuite. Il faut donc bien calculer le tout avant de se lancer. De plus, il ne s’agit pas d’un placement en liquidités, et vous ne pourrez pas extraire d’argent de votre bien immobilier avant une éventuelle revente.

Ce qu’il faut savoir sur la déclaration de performance extra-financière
Comment calculer le rendement d’une SCPI ?